Skip to content
C'est quoi la fresque du partage ?

En bref

  • Nous dépassons les limites physiques de la Terre.
  • Changer les modes de consommation est important pour contribuer à ce que le monde de demain soit plus solidaire et durable. Mais ce changement est en rupture avec nos habitudes. C’est pourquoi une étape d’éducation est nécessaire.
  • La fresque du partage est un atelier ludique, collaboratif et créatif, à base de cartes et d’intelligence collective pour comprendre (les impacts du mode de consommation dominant, à savoir la propriété, et en quoi la pratique du partage permet de réduire ces impacts) et engager (inviter à réfléchir et identifier des idées à mettre en place).

Prendre, fabriquer, jeter

 Notre mode de consommation actuel basé sur un modèle du « prendre, fabriquer, jeter » présente des limites :

  1. Son impact sur l’environnement : La surconsommation de ressources naturelles et d’énergie entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, la déforestation, la pollution de l’air, de l’eau et des sols. Cette surexploitation des ressources aggrave les problèmes liés au changement climatique et à la perte de biodiversité, et évidemment l’épuisement des ressources non renouvelables.
  2. Tensions sociales : Les inégalités sociales sont renforcées puisqu’une partie de la population n’a pas accès aux biens essentiels, cela peut aggraver ou provoquer des conflits sociaux. Une réflexion sur les modèles de consommation peut permettre de repenser la manière de produire et de distribuer les biens et services de manière plus équitable.
  3. Santé et bien-être : La consommation excessive de biens matériels et de produits peut avoir des conséquences néfastes sur notre santé physique et mentale. Repenser nos modes de consommation en privilégiant la qualité des produits, la durabilité et le bien-être peut contribuer à améliorer notre qualité de vie.
  4. Économie locale : la FDP nous apprend comment délocalisations et précarisations sont nourries par ce mode de consommation dominant.

 Préserver l’environnement, promouvoir l’équité sociale, améliorer notre santé et préserver des emplois locaux… Changer les modes de consommation est important pour contribuer à ce que le monde de demain soit plus solidaire et durable

Mais ce changement est en rupture avec nos habitudes. C’est pourquoi une étape d’éducation est nécessaire. Produire une envie de partager assez forte pour surmonter les freins au partage. En quoi le partage est intéressant individuellement et collectivement ? Qu’implique cette alternative à la consommation ? Etc.

Comment changer nos habitudes ?

Le processus de changement des habitudes peut être complexe en raison de facteurs psychologiques, comportementaux et neurologiques :

  • Confort et familiarité : Les habitudes sont souvent ancrées dans notre routine quotidienne. Changer ces habitudes peut provoquer de l’incertitude et de l’inconfort, ce qui peut rendre le changement difficile à accepter.
  • Manque de motivations : Le changement nécessite une motivation durable. Si au début nous pouvons être enthousiastes, cette énergie peut disparaître à terme.
  • Peur de l’échec : Le changement implique également une incertitude quant à son succès. La peur de l’échec ou de ne pas être capable de maintenir le changement peut créer de l’anxiété et de la résistance au changement.
  • Automatisme : Les habitudes deviennent automatiques, ce qui signifie que nous les faisons sans même y penser consciemment. Ce niveau d’automatisation rend difficile de prendre conscience de nos comportements et de les modifier intentionnellement.
  • Environnement : Elles sont souvent liées à des déclencheurs environnementaux. Modifier ces déclencheurs peut nécessiter des ajustements dans notre environnement, ce qui peut être difficile à mettre en place.

Bref, on ne change pas nos habitudes facilement. De ce fait, le premier pas de ce changement peut être une prise de conscience des conséquences.

Quel est l'impact de la pratique du partage sur la santé d'une vie en société ?

Lien social, cohésion sociale, économie locale et environnement… les raisons de remplacer nos habitudes sont nombreuses et l’impact de la pratique du partage sur la santé d’une vie en société est considérable.

C’est en tirant ce raisonnement par cause et effets qu’un atelier de type Fresque s’est imposé comme une évidence.

En outre, Clément (créateur de la fresque du partage) travaille depuis une dizaine d’années sur des outils de chaînes de causalités grâce notamment aux Thinking Process de Goldratt.

C'est quoi la fresque du partage ?

La Fresque du partage est un atelier ludique, collaboratif et créatif, à base de cartes et d’intelligence collective pour :

  1. Comprendre
    1. les impacts du mode de consommation dominant, à savoir la propriété,
    2. et en quoi la pratique du partage permet de réduire ces impacts.
  2. Engager :
    1. identifier les freins à la pratique du partage
    2. trouver collectivement les leviers qui facilitent le partage
    3. et s’engager pour plus de partage autour de soi
 

La fresque du partage a pour double objectif de :

  • Sensibiliser la population et les entreprises : mieux s’adapter aux enjeux écologiques, économiques et sociaux à venir (les territoires dans lesquels la coopération et le partage sont monnaie courante résilient beaucoup mieux aux crises majeures).
  • Concilier frugalité et abondance : permettre de limiter drastiquement nos impacts, tout en accédant à plus.

Quels sont les enjeux et impacts de la fresque du partage ?

Changer notre mode de consommation revêt une grande importance en raison des nombreux enjeux qui y sont associés, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif. 

La fresque du partage est pensée pour avoir impact sur plusieurs niveaux : 

1

Renforcer la résilience du territoire, sa population et son tissu éco/socio face aux crises.

2

Développer la coopération entre les acteurs locaux.

3

Mettre en avant des initiatives locales et les aider à perdurer sur le long terme.

4

Contribuer à changer les modes de consommation de la population.

De plus, le public visé est varié : du grand public en passant par les Agents des collectivités et élus jusqu’aux porteurs de projets (donner du sens à leur projet solidaire/coopératif/collaboratif.).

Cette ouverture dans les profils ciblés rend la fresque attractive et unique. En effet, elle concerne un large panel de personnes !

Quelque soit la cible, les impacts sont nombreux : résilience face aux crises écologiques, économiques et sociales, vecteur d’accélération des changements de consommation par l’émergence de projets à impact positif, influence auprès des parties prenants ou précurseurs face aux enjeux de demain.

Changer notre mode de consommation est essentiel pour promouvoir la durabilité environnementale, préserver les ressources naturelles, atténuer les impacts du changement climatique, réduire les déchets, favoriser l’équité sociale et améliorer la santé humaine

Cela nécessite des efforts individuels et collectifs pour adopter des habitudes de consommation plus conscientes, responsables et respectueuses de l’environnement.

Comment se déroule la fresque du partage ?

PARTIE 1 : Comprendre l'existant

Dans un monde en constante évolution, il est essentiel de se pencher sur notre mode de consommation actuel et d’évaluer ses répercussions sur notre environnement, notre société et notre bien-être. La première partie de l’atelier se concentre sur la compréhension des causes et conséquences de l’impact du mode de consommation dominant, centré sur la possession.

Les impacts du mode de consommation dominant : la propriété.

On explore les différentes manières dont la société moderne est influencée par le modèle de consommation basé sur la possession. Des ressources limitées sont souvent surexploitées pour répondre à la demande croissante de biens matériels, ce qui peut entraîner la dégradation de l’environnement, l’épuisement des ressources naturelles et des inégalités économiques. En comprenant mieux ces défis, nous serons mieux préparés à envisager des alternatives durables.

Les bénéfices du partage.

Ensuite pour terminer cette première partie, on analyse les avantages du partage en tant qu’alternative au modèle de consommation traditionnel. Le partage favorise l’utilisation plus efficace des ressources, réduit les déchets et crée des opportunités de renforcement des liens sociaux au sein des communautés.

Cette première partie montre en quoi le partage peut contribuer à des modes de vie plus durables et épanouissants.

PARTIE 2 : Identifier des idées à mettre en place

La deuxième partie laisse place au dialogue ouvert et constructif concernant la transition vers des pratiques de partage plus responsables.

Discussion sur les freins au partage.

Nous abordons les défis et les obstacles qui peuvent freiner l’adoption du partage en tant que mode de vie. Cela pourrait inclure des aspects culturels, des préoccupations liées à la sécurité des données et d’autres barrières psychologiques qui empêchent souvent les individus de faire le premier pas vers le partage.

Discussion sur les risques à éviter.

Sans oublier de considérer les risques potentiels associés au partage. Cela pourrait impliquer des préoccupations liées à la vie privée, à la qualité des biens partagés et à la dépendance excessive à l’égard de certaines plateformes de partage.

En discutant ouvertement de ces risques, nous sommes mieux équipés pour les atténuer.

Discussion sur les solutions disponibles.

Puis, nous explorons une variété de solutions et d’initiatives qui encouragent le partage responsable. Ces exemples montrent comment le partage peut être mis en pratique de manière réaliste et bénéfique.

Mise en action / prise d’engagement.

Enfin,  nous terminons par une invitation à passer à l’action.

L’objectif est d’encourager les participants à prendre des engagements concrets pour intégrer des pratiques de partage dans leur vie quotidienne. Qu’il s’agisse de prêter, de louer ou de partager des ressources.

Un mot sur Clément, créateur de la fresque du partage

Photo Clément

Ingénieur chimiste de formation et fondateur de Share and Smile, Clément est un adepte du travail en mode projet et de la coopération.

Fan des techniques d’intelligence collective et des écoles de pensées comme la théorie des contraintes, il développe une posture de consultant interne très utile pendant ses années chez Decathlon.

Egalement le papa de Shareathlon, une plateforme de partage gratuite de matériel de sport.

Qui sommes nous ?

Share and Smile est une entreprise de l’économie sociale et solidaire.

Nos actions contribuent à prendre soin des ressources de la planète : qu’elles soient matérielles ou immatérielles, individuelles ou collectives.

Le but est de valoriser les ressources dormantes non utilisées dans les entreprises, les collectivités ou chez les particuliers pour générer de la valeur sociale, environnementale et économique.

Nous aidons les citoyens et organisations à mieux utiliser leurs ressources.

Share and Smile est un acteur référent sur les sujets du partage et a développé une expertise dans l’animation de fresques expertise dans l’animation de fresques (+1500 collaborateurs en entreprise sensibilisés aux enjeux environnementaux via des Fresques). Mais le plus important : on incarne les valeurs de l’économie sociale et solidaire dans chacune de nos décisions.